Accueil du site > Actualités

Soutenance de thèse de Kisito ESSELE ESSELE

publié le

Soutenance publique de thèse intitulée :

Continuités et innovations sonores des cérémonies funéraires des Éton du Sud-Cameroun.

Elle se déroulera vendredi 25 novembre 2016 à 14h, en salle B 015 (bâtiment B), sur le campus de l’Université Paris Ouest Nanterre-la Défense.

La thèse a été réalisée sous la double direction de Susanne Fürniss et Michael Houseman et préparée à l’université Paris Ouest Nanterre-la Défense, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC), au Muséum National d’Histoire naturelle, Laboratoire Éco-anthropologie et ethnobiologie et à l’Institut des Mondes Africains (IMAF).

Le jury sera composé de :

Mme Marie-Christine BORNES-VAROL, Professeure, INALCO, examinatrice Mme Susanne FÜRNISS, (Directrice de recherches, CNRS/MNHN), directrice M. Michael HOUSEMAN, (Directeur d’études, EPHE, co-directeur) Mme Miriam ROVSING-OLSEN, (Maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense), examinatrice M. Luc MEBENGA TAMBA, (Professeur, Université de Yaoundé I, rapporteur) M. Olivier TOURNY, (Chargé de recherches, CNRS, rapporteur)

Résumé de la thèse

Cette thèse fournit une description et une analyse détaillée du déroulement à l’heure actuelle des funérailles chez les Éton du Sud-Cameroun en privilégiant leur dimension sonore. Elle cherche en même temps à identifier la place qu’occupent les changements apportés par la colonisation et l’évangélisation, ainsi que les changements, plus récents, impulsés par l’ouverture de morgues, le développement des mass médias et la mobilité des populations. Fondé sur des matériaux recueillis de 2009 à 2013, ce travail s’attache donc à comprendre comment des expressions traditionnelles – polyrythmies, langage tambouriné et chants – cohabitent avec des pratiques importées – chants chrétiens, musiques de variété – au sein de cérémonies structurées par un dispositif spatio-temporel particulier, une répartition spécifique des rôles entre les participants et la récurrence d’un certain type d’interaction sonore (par exemple celle d’annonce/réponse). La diversité et l’abondance des sonorités étant indicatives de la puissance et du prestige du lignage du défunt, la plupart des familles cherchent à organiser de « grands deuils » où la présence sonore du mort et des deuilleurs est clairement mise en évidence.

Post-scriptum :

Salle B 015 (bâtiment B) - Campus de l’Université Paris Ouest Nanterre-la Défense