Accueil du site > Manifestations > Séminaires & journées d’étude > Archives Séminaires & journées d’étude > Eco-Anthropologie et Ethnobiologie

Mars 2009 - Bernadette Lizet, Pauline Frileux, Nicolas Messieux

publié le , mis à jour le

Mars 2009 - Bernadette Lizet, Pauline Frileux, Nicolas Messieux

Prochaine séance : lundi 9 mars, de 10h à 13 heures

Lieu : Salle Chevalier au Muséum national d’histoire naturelle (site du Jardin des Plantes) Préfabriqué Ilot poliveau, 43 rue Buffon - Métro Gare d’Austerlitz

La nature en ville. De la banlieue à la ville dense : quelles natures et pour qui ?

Introduction et animation : Bernadette Lizet

Intervenants :

Pauline Frileux : “Les « bocages » pavillonnaires et la construction de la nature en territoire périurbain”

Nicolas Messieux : “Hérissons franciliens et pigeons parisiens : quelle place et quel statut ?”

De l’hygiénisme au développement durable, l’urbanisme occidental assigne une vertu réparatrice à la nature : préserver des espaces ouverts pour y accueillir la nature, c’est régénérer les hommes et produire de l’harmonie sociale. Le « vert » (le gazon corbuséen, les arbres haussmanniens) a longtemps symbolisé à lui seul cette force compensatrice de tous les maux de la ville. Avec la puissante métaphore des « trames vertes », les politiques publiques de la ville sont héritières de l’idéologie verte. Mais depuis le mouvement de la « gestion différenciée » dans les années 1980, les gestionnaires des villes absorbent et transforment le savoir écologique. Il fait aujourd’hui la part belle à la « biodiversité » et aux espèces animales qui la mettent en scène, en figures positives (les « emblématiques ») et négatives (les « invasives »). L’ écologie du paysage et l’écologie de la conservation communiquent activement, elles sont partie prenante de la construction d’une vision de la nature urbaine, ordinaire, comme garante de l’avenir de l’homme.

Sur leurs terrains urbains, les ethnologues et les ethnoécologues analysent la production de ces représentations de la nature et leur traduction en politiques publiques. Ils repèrent les confrontations de points de vue, de savoirs, d’images. Ils cherchent à comprendre les transformations qui s’opèrent dans les relations entre les citadins et les objets naturels. Par citadin, il faut entendre : les habitants, les édiles, les gestionnaires, les scientifiques et les militants associatifs.

 

Objectif du séminaire Eco-anthropologie et Ethnobiologie

Favoriser des rencontres régulières entre les différentes composantes du laboratoire Eco-anthropologie et Ethnobiologie pour susciter des échanges et des collaborations disciplinaires autour de thèmes de réflexion communs, utiles aux activités du Muséum (Département HNS, Master, collaboration inter-département, Nouveau Musée de l’Homme). Les séances de travail reposent sur un principe simple : un chercheur fait une présentation dont il a soumis au préalable le texte à deux autres chercheurs de disciplines différentes qui jouent le rôle de discutants.

Responsables

Richard DUMEZ (ethnoécologie, MNHN)
Vanessa MANCERON (ethnologie, CNRS)

Informations pratiques

- Contacts : dumez@mnhn.fr ou manceron@mnhn.fr
- Durée : deux semestres : S1 et S2
- Calendrier : tous les mois et demi : 9h-12h

- Lieu : Muséum National d’Histoire Naturelle, Eco-Anthropologie et Ethnobiologie, 43 rue Buffon, 75005 Paris. RdC, salle Auguste Chevalier ou Musée de l’Homme, Palais de Chaillot, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris