Accueil du site > Bibliothèque d’ethnobiologie > Présentation

Présentation de la bibliothèque

publié le , mis à jour le

Présentation de la bibliothèque

Historique

L’acquisition des fonds de la bibliothèque a commencé avec la création, au Muséum, du Laboratoire de productions végétales coloniales, en 1912.

Le fonds ancien concerne essentiellement l’agriculture tropicale et coloniale et a été constitué par Auguste Chevalier, le fonds plus récent étant davantage axé sur l’histoire et la géographie des ressources végétales et animales, l’utilisation humaine de ces ressources, les savoirs qui s’y rattachent, la transformation des systèmes naturels par les sociétés, les représentations de la nature : agriculture traditionnelle, évolution des paysages, domestications, plantes cultivées, ethnomédecine...

JPEG - 2.7 ko
Auguste Chevalier

Le fonds n’a cessé de se diversifier en fonction des nouveaux thèmes abordés par les chercheurs.

Cette bibliothèque s’est donc spécialisée dans la documentation sur les relations entre les sociétés et les éléments naturels de leur environnement, le but étant de rassembler et de mettre à la disposition des chercheurs de diverses spécialités une documentation éparse qu’il fallait trouver dans des écrits émanant de différentes disciplines : ethnologie, botanique, écologie, agronomie, linguistique, géographie, histoire, etc....

Le fonds documentaire

La particularité de ce fonds documentaire spécialisé réside dans le fait qu’il évolue en fonction des centres d’intérêt des chercheurs et qu’il reflète donc l’histoire de l’Ethnobiologie, par opposition aux bibliothèques centrales, comme celle du Muséum ou du Musée de l’Homme, qui sont encyclopédiques et centres de référence pour les sciences naturelles et les sciences de l’homme.

De nombreux documents y sont uniques en France ou même dans le monde.

JPEG - 7 ko
Roland Portères et Jacques Barrau

Le fonds des revues coloniales que nous possédons est important : plus de 1000 titres (colonies françaises, mais aussi britanniques, portugaises, hollandaises, etc.).

Les monographies sont au nombre de 15000 environ et des tirés à part très nombreux peuvent être consultés (5500 informatisés à ce jour).

La bibliothèque est riche également de legs de professeurs ayant travaillé au laboratoire : fonds Portères, fonds Barrau, fonds Gillet, fonds Pujol.