Accueil du site > Pages personnelles > Laurent Romain

Romain LAURENT

MNHN, Musée de l’Homme, 17 Place du Trocadéro

publié le , mis à jour le

This page in English

Statut : Ingénieur de recherche

Contact mail : romain.laurent@mnhn.fr

Contact tél. : 01 73 78 28 19

 

Équipe de recherche
- Génétique des Populations

Thèmes interdisciplinaires de recherche
- Génétique des populations
- Statistiques
- Modélisation
- Relations gènes/culture

Présentation

Romain Laurent s’intéresse aux relations entre les structures sociales et biologiques, notamment l’influence des systèmes de filiation, d’alliance, de résidence sur la diversité génétique en Asie du Sud Est. Il travaille également sur les gènes impliqués dans le choix du conjoint.

Thèse soutenue le 24/09/2013

Processus biologiques non aléatoires impliqués dans la reproduction humaine

Résumé

Il est classique, dans les modèles de génétique des populations humaines, de considérer que la reproduction est un processus purement stochastique. Cette thèse a pour objectif d’utiliser les données génomiques afin de mettre en évidence des processus biologiques non aléatoires impliqués dans la reproduction humaine. Dans un premier temps, nous nous intéressons au choix du conjoint, et plus particulièrement à une région candidate, le complexe majeur d’histocompatibilité.
Nous confirmons des résultats montrant que cette portion du génome est impliquée dans le choix du conjoint dans certaines populations humaines. Nous étendons ensuite l’approche utilisée au niveau du complexe majeur d’histocompatibilité afin de l’appliquer à l’ensemble des gènes autosomiques. Nos résultats suggèrent que les gènes impliqués dans le choix du conjoint sont spécifiques à chaque population, ou, autrement dit, qu’ils dépendent de chaque culture. Enfin, nous nous intéressons à la distorsion de transmission, un autre processus qui, comme le choix du conjoint, influence la diversité génétique des descendants d’un individu. Nous proposons une nouvelle approche destinée à mettre en évidence les régions du génome dont la transmission d’une génération à l’autre ne respecte pas les lois de Mendel. Nos résultats montrent la relation qui existe entre distorsion de transmission et apparentement entre époux à certains loci.

Directeurs

Evelyne Heyer (directeur),Professeur MNHN
Raphaëlle Chaix (co-directrice),
Chargée de recherche CNRS,
Bruno Toupance (co-directeur), Maître de Conférences Paris VII

Jury

Dominique Higuet (président), Professeur de l’Université Paris VI
Emmanuelle Génin (rapporteur),Directrice de recherches Inserm
Michel Raymond (rapporteur),Directeur de recherches CNRS
Anne-Louise Leutenegger (examinatrice),Chargée de recherches Inserm
Lluis Quintana-Murci (examinateur),Directeur de recherches CNRS

École doctorale : Diversité du Vivant, Université Paris VI. Dir. Évelyne Heyer.

Publications

2012 : Laurent R., Toupance B., Chaix R. Non-random mate choice in humans : insights from a genome scan. Molecular Ecology 21(3):587-96 (voir sur PubMed)

2012 : Laurent R., Chaix R. MHC-dependent mate choice in humans : Why genomic patterns from the HapMap European American dataset support the hypothesis. Bioessays 34(4):267-71 (voir sur PubMed)

Communications

Orale

- Oct 2010 : Social systems : demographic and genetic issues, Paimpont, France, "Searching for the signature of homo/heterogamy in the human genome"

- Juin 2012 : SMBE 2012, Dublin, Irelande, "Non-random mate choice in humans : insights from a genome scan"

Poster

- Oct 2010 : Social systems : demographic and genetic issues, Paimpont, France, "Consanguinity and relatedness patterns within human populations"